Curieux anniversaire que celui de la dixième année de la disparition de Pierre Bourdieu.


Loin de faire le rapprochement entre le sociologue et le communisme, il me vient tout de même une citation d’un texte qui avait fait l’objet de lectures publiques au Théâtre des Célestins à Lyon il y a quelques années, Le silence des communistes, de Vittorio Foa, Miriam Mafai et Alfredo Reichlin (Ed L’Arche, 2007) : "Le communisme est terminé et l’anticommunisme continue à faire rage, non comme tentative de pensée mais comme insulte, non comme recherche mais comme agression. Pourquoi tout cela ? L’anticommunisme tapant dans le vide n’est-il pas de la peur ? Pourquoi a-t-on peur ? Et de quoi ?"


Beaucoup de postures, d’attitudes encore défensives face à un sociologue qui, même mort depuis dix ans, agite encore des débats plus passionnés que critiques, loin du consensus respectueux de circonstance qui caractérise couramment les commentaires post mortem. Connaîtrons-nous pareils débats au dixième anniversaire de la mort de Claude Lévi-Strauss ? Sûrement pas.


Quelques beaux hommages scientifiques écrits sont à signaler dans le numéro hors-série que propose la revue Sciences Humaines (février-mars 2012), même si une bonne partie des articles -principalement ceux qui sont d’ailleurs signés par des journalistes de la revue- ne cachent pas une certaine amertume de se sentir encore jugés par le spectre du sociologue qui, dix ans après, reviendrait hanter leur salle de rédaction en les traitant de « demi-savants ». Quelques sociologues livrent néanmoins dans ce numéro des articles beaucoup moins épidermiques, et davantage scientifiques, au sens d’une critique constructive. Bernard Lahire, François de Singly notamment, proches de Pierre Bourdieu au début de leur carrière et dont ils s’éloignèrent par la suite. Cela n’empêche pas leur critique raisonnée et dépassionnée. Un "respect critique", selon les mots de Philippe Corcuff qui conclut ainsi :"Avec Bourdieu, contre Bourdieu : c'est peut-être toujours une façon de penser à partir de Bourdieu".


Si la distance qui sépare la sociologie de l’anthropologie est ténue -Pierre Bourdieu était à la fois, dans les années soixante, sociologue dans le Béarn et anthropologue en Kabylie- alors celui-là a été un grand sociologue et un grand anthropologue. La médaille du Royal Anthropological Institute de Londres lui avait été décernée en 2000, après notamment James Frazer en 1916, Marcel Mauss en 1938, Robert Lowie en 1948, ou Claude Lévi-Strauss en 1965. Sans doute pas par hasard. Il y avait prononcé une conférence qui reste une référence.