Lu dans "Les revenus et le patrimoine des ménages", édition 2009, INSEE Article de Pascal Godefroy, Jérôme Pujol, Émilie Raynaud et Magda Tomasini : "Inégalités de niveau de vie et mesures de la pauvreté en 2006" :

"La pauvreté monétaire relative concerne en 2006 près de 8 millions de personnes, soit 13,2 % de la population. La pauvreté monétaire peut également se mesurer de façon absolue, c’est-à-dire en définissant des normes de consommation en deçà desquelles une personne ne pourrait vivre décemment : elle toucherait alors environ 8 % de la population."

"Vivre décemment", ça rappelle un peu la notion de "reconstitution de la force productive du travailleur" avancée par Marx, non ?